LUBRINIP BN

Dépôt composite de nickel chimique glissant et autolubrifiant

Friction

Dureté

Glissement

Généralités

Lubrinip BN est un dépôt composite constitué d’une matrice d’alliage nickel-phosphore particulièrement tenace dans laquelle sont incorporées de très fines particules de lubrifiant solide inorganique. Ces particules molles, au touché savonneux, ont une taille moyenne d’environ 1 micron et font partie des céramiques. Elles favorisent le glissement aussi bien à basse qu’à haute température. De ce fait, les revêtements Lubrinip BN ont une surface glissante et autolubrifiante. Ils permettent de résoudre aussi bien des problèmes de collage ou d’adhésion que des problèmes de frottement hautement sollicités, (vitesse, charge) et non lubrifiés.

Type de dépôt

Fonctions

Capacité cuve

NiP + HBN Anti-adhésion, coeff. de frottement bas 720 x 650 x 600 mm

Les propriétés bien connues des revêtements de nickel chimique sont par ailleurs conservées

  • Régularité de l’épaisseur des dépôts même sur des surfaces fortement profilées. (pas d’effet de pointe)
  • Possibilité de revêtir des cavités intérieurs (tubes ; buses d’injection etc…)
  • Maîtrise parfaite des épaisseurs de dépôt et donc des cotes finales d’une pièce de construction.
  • Haute dureté après traitement thermique.
  • Excellente tenue aux agents chimiques non oxydants et à la corrosion.

Propriétés physiques

Composition chimique Nickel
Matrice d’alliage
92 – 97 % Poids
Phosphore 3 – 8 % Poids
Lubrifiant solide 10 – 15 % Volume
Particules incorporées
Dureté HV 0,1 480 à 500 HV non traité thermiquement
750 à 780 HV après traitement thermique
Coefficient de frottement 0,1 à 0,2 selon le partenaire en frottement
Epaisseur de dépôt Selon demande, mais usuellement de 10 à 50 microns
Magnétisme Légèrement magnétique
Température d’utilisation Jusqu’à 350°C, brièvement jusqu’à 600°C.

Coupe métallurgique

    Avantage de Lubrinip BN 

  • Dépôt anti-adhérent et autolubrifiant
  • Bas coefficient de frottement
  • Dépôt tenace et résistant à l’usure
  • Efficacité en frottement hautement sollicité et à température élevée (forte charge et haute vitesse de frottement)
  • Epaisseur de dépôt théoriquement non limitée (usuellement de 5 à 50 microns)
  • Excellente reproductibilité d’exécution et de résultats.

    Exemples d’applications 

  • Pistons de moteurs à explosion
  • Lame de sécateur
  • Barillet de distribution de petites billes
  • Glissières de toutes sortes
  • Empreintes de moulage pour matériaux plastiques
  • Bloc de soudage, panne à souder

    L’ ABC pratique des dépôts de nickel chimique LUBRINIP BN

  • Quelles sont les surfaces susceptibles d’être revêtues ?

    Tous les métaux et aciers de construction communs ainsi que l’aluminium et ses alliages, à l’exception des métaux mous ( Pb, Sn, etc…)
  • Est-il possible de traiter des surfaces creuses ou des intérieurs ?

    Oui, car le pouvoir pénétrant du nickel-chimique, qui sert de base à ce procédé, est infini. Il est même possible de déposer régulièrement à l’intérieur d’un tube courbé ou d’un serpentin pour autant que la solution de nickelage soit mise en circulation.
  • L’épaisseur du dépôt est-elle régulière ou doit-on tenir compte « des effets de pointe » ?

    L’épaisseur des dépôts de nickel chimique est identique et régulière en tout point de la surface de la pièce, quelle que soit la complexité de son profil. Le dépôt enrobe la pièce à revêtir comme une peau recouvre toute la surface d’un corps.
  • Quelle est l’épaisseur des dépôts de nickel chimique ?

    L’épaisseur des dépôts n’est pas limitée en soit (contraintes physiques dues aux tensions ; limites du procédé, etc.) Cependant les épaisseurs usuelles sont comprises entre 5 et 100 micromètres, dont 80% compris entre 15 et 25 micromètres.
  • Est-il possible de déposer de manière sélective en épargnant les parties qui ne doivent pas être revêtues ?

    Oui. Dans la pratique une pièce de construction doit être fournie accompagnée d’un plan mentionnant :
  • En Vert: Les parties qui doivent être revêtues.
  • En Jaune: Les parties qui peuvent être revêtues mais ne le doivent pas forcément.
  • En Rouge: Les parties qui ne doivent pas être revêtues ou qui doivent être épargnées.
Les trous borgnes servant de trous de centrage pour des goupilles doivent être épargnés, s’ils sont profonds. Les filets et les taraudages sont systématiquement épargnés lorsque l’épaisseur demandée dépasse 15 µm. D’une manière générale tout travail d’épargne engendre un surcoût d’exécution.
  • L’adhérence du dépôt est-elle bonne et reproductible ?

    Oui.
  • L’adhérence des dépôts de nickel chimique est excellente sur tous les métaux susceptibles d’être traités.
  • La bonne adhérence du dépôt dépend en grande partie de la gamme préparatoire que subissent les pièces avant traitement.
  • La composition chimique et l’état micro structural (trempé – revenu ; nitruré ; écroui-laminé etc…) des aciers spéciaux et alliages devront être indiqués afin d’obtenir les meilleurs résultats en adhérence.
  • Un traitement thermique, après déposition (~ 220 °C) parfait l’adhérence sur les aciers et tout particulièrement sur les alliages d’aluminium ( ~190°C)

Traitements de surface

SICANIP

Dépôt de nickel chimique composite résistant à l'usure et à l'abrasion

LUBRINIP BN

Dépôt composite de nickel chimique glissant et autolubrifiant

LUBRINIP PTFE

Dépôt composite de nickel chimique anti adhérent

NICKEL NOIR

Vision - illumination - esthétique - conductibilité électrique